MFC #2 : RECOMMENCER SON PROJET DE ZERO

Apprendre de mes erreurs et redémarrer mon projet de zéro

Un ami et entrepreneur de longue date ma dit un jour : « Il y a savoir-faire et faire-savoir. Tu as été très fort pour te faire connaître mais maintenant tout reste à prouver en sachant faire et en sachant faire faire ! Tu as toutes les cartes entre tes mains alors fonce ! ». Pas évident de trouver ses atouts et croire en son potentiel quand on est dans le ‘désert’ ! Il faut dire aussi que je n’avais pas le choix de me relever et de créer de meilleures bases pour le projet chemin faisant !

L’égo pour renforcer la détermination à reprendre le projet

Ne jamais se laisser abattre

Même à l'hôpital on pense projet

Début 2016 j’ai eu droit à deux opérations chirurgicales pour enlever le caillot de mes reins. L’ambiance était pesante à la maison familiale et mon projet d’association avait été avorté. Je me souviens encore de l’envoie du mail collectif pour annoncer la triste nouvelle. C’était alors pas simple de reprendre sereinement et d’envisager un avenir positif pour Makers For Change qui était une structure vide … Un moment donc de grande traversée du désert pour moi ! J’étais submergé par mes doutes quant à mon avenir ! Des questions se bousculaient dans mon esprit comme par exemple : « T’es bon à quoi ? », « Tu vas faire quoi dans ta vie ? », « Où tu te sens bien ? »,, « Tu vas vivre d’amour et d’eau fraîche ? » mais tant d’autres encore … Ces dialogues intérieurs entre « moi et moi » ne s’arrêtaient pas ! 😅 

Mon égo et ma fierté se sont réveillés et m’ont amené à rebondir !

Au même temps, je ressentais que de plus en plus de monde ‘parlaient dans mon dos’. Ô combien j’ai été déçu quand je me suis rendu compte qu’il s’agissait aussi de très proches ! J’en ai conclu – à tort ou à raison 🤔 – que mon monde extérieur proche était content de mon échec. Une évidence, je devais me concentrer sur mon moi intérieur ! À juste titre, ma famille, inquiète, me poussait à changer de voie et à trouver un emploi stable dans une entreprise classique. Il faut reconnaître de manière claire que je ne croyais plus en moi ni en mes capacités entrepreneuriales … 

Après quelques semaines dans le désert, un beau matin de printemps, je reçu par ‘erreur’ un message qui se moquait ouvertement de mon parcours. S’en était trop ! En conséquence de quoi, mon égo et ma fierté se sont réveillés et m’ont amené à rebondir !

Prendre une posture entrepreneuriale

Ce réveil m’a remis sur pieds ! J’ai pris une grande décision : celle de répondre à ces critiques par l’action et la réussite ! Je m’en faisais un point d’honneur avec moi-même ! Ainsi, j’envisageais le problème sous un angle différent et me relancer dans laventure en pivotant ! Conséquemment : je devais apprendre à m’armer de patience, l’humilité et à me regonfler de motivations ! Un gros programme qui réveillait alors de nouvelles sensations dans mes tripes ! 💪 

Comme on pouvait s’y attendre, j’ai commencé – pour ne pas changer 😅 – par des recherches sur le internet pour trouver des outils qui allaient m’aider à me recentrer, me découvrir et à prioriser mes idées. Le plus important pour moi était de sentir que j’allais dans la bonne direction ! Après quelques jours de recherches je suis tombé sur un outil surprenant : Ikigaï ! Avec du recul, cet outil m’a permis d’aligner mon corps, mon coeur et mon esprit ensemble dans un seul et même projet !

Voir plus clair grâce à l’outil Ikigaï

L’objectif principal était pour moi de trouver LE sens de ma vie ! Pas une mince affaire … 😅 Heureusement, j’ai rapidement trouvé l’outil Ikigaï qui m’a soulagé et m’a permis de mettre des mots sur mes maux ! C’est une technique japonaise de développement personnel qui signifie trouver « sa raison d’être ». Autour de quatre questions puissantes, il m’a permis de trouver ma mission de vie ! Il m’a amené à réfléchir à mes passions, mes talents, ce dont le monde a besoin et ce qui me permettrait d’être rémunéré. Une véritable révélation pour moi ! 😍 

Découvrir sa raison d'être

Créer des ponts entre des personnes et des mondes qui n’ont pas l’habitude de se rencontrer !

Outre le fait de m’avoir permis de réduire mes nombreuses questions à seulement quatre, il m’a permis de trouver ma raison d’être : “Créer des ponts entre des personnes et des mondes qui n’ont pas l’habitude de se rencontrer !”. Je dois avouer que, malgré cela, sans l’accompagnement d’un professionnel j’aurais eu du mal à synthétiser mes réponses … 

Ikigaï un outil au service de son projet et de son développement
Un schéma explicatif de l'outil Ikigaï

Ainsi, j’ai pu identifier ces différents volets importants et résumer ma vision ! C’est la raison pour laquelle j’ai pu clarifier celle de Makers For Change ! C’est d’ailleurs parce que cet outil a été moteur dans mon développement personnel et professionnel que je le propose aujourd’hui à mes complices et amis entrepreneurs ! Il permet d’être adapté aux différentes personnalités et chemins de vie pour que tout le monde s’y retrouve.

C’est à cette période que j’ai aussi découvert d’autres outils de développement personnel comme par exemple : la méthode ‘PREMSS’, des tests performants pour identifier sa personnalité ou encore des méthodes pour trouver  ses valeurs profondes ! Si ce n’est pas déjà le cas, je t’invite à t’abonner ci-dessous et recevoir ces outils à travers une semaine de mails quotidiens intitulée « Ta semaine de développement personnel » ! 😉

Un changement de paradigme : se concentrer sur le changement et l’impact !

En plus d’avoir trouvé ma mission de vie, j’ai pris conscience d’un grand changement qu’il fallait que j’opère intérieurement ! Arrêter d’être dans le stress continue de la rémunération et de l’argent et plus me concentrer sur le coeur de ce que je souhaitais apporter comme contribution dans ce monde. C’était loin d’être évident pour moi qui ne gagnais pas de sous et ressentais la pression de devoir avancer dans ma vie privée aussi – par exemple quitter le domicile familial 🤔 ! J’ai donc pris la décision de me concentrer sur mes aspirations profondes !

Plus que sur les ressources financières

J’en avais presque oublié l’essentiel : ce que je souhaite accomplir dans cette vie !

Au fil de mon accompagnement, je prenais progressivement conscience de l’importance de l’aspect financier dans mon esprit ! Il était devenu prioritaire et j’en avais presque oublié l’essentiel : ce que je souhaite accomplir dans cette vie ! Un changement de vision qui a lancé une nouvelle étape clé de ma vie ! Comme un second souffle qui est venu renforcer ma motivation et d’envisager plus calmement la suite de Makers For Change en accord avec mon cœur, corps et esprit ! Ma décision était claire : me concentrer sur l’impact et “les changements que je souhaite voir dans ce monde” comme dirait Gandhi ! 🙏 

Arrivé en avril 2016, reboosté par ce travail intérieur, je me suis relancé dans l’aventure Makers For Change avec pour nouvelle vision celle de “créer des liens entre des personnes de tous horizons pour faciliter la création dune société interculturelle où nouveaux arrivants et locaux agiraient ensemble pour un monde plus positif et plus juste” ! Avec nouvelles technologies ou non, je me sentais beaucoup plus à l’aise pour présenter cette version 2.0 du projet associatif ! Il fallait maintenant que je me rende au plus vite sur le terrain ! 💪

Les premières étapes clés du nouveau projet !

Saisir les opportunités de la vie sur mon chemin

Dans ma vie, et sûrement encore plus dans ma vie d’entrepreneur, je me suis rendu compte qu’il était important d’identifier rapidement les opportunités que la vie met sur mon chemin et surtout de les saisir ! C’est ce qui m’est arrivé au début de mai 2016 ! Alors que j’étais dans la recherche de futurs partenaires sociaux qui me feraient confiance pour travailler avec moi me permettant de rencontrer et créer des liens rapidement avec des personnes issues de la migration forcée, la vie m’a envoyé son soutien bienveillant ! Chance pour moi de l’avoir rapidement réaliser et de la saisir ! 🙏 

En effet, alors que je me rendais à un événement mondain culturel strasbourgeois, j’ai rencontré une ancienne amie du collège, Rosalie ! Elle travaillait dans un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Elle connaissait finement le domaine et ses problématiques, avait envie de créer de nouveaux projets pour améliorer la situation des personnes avec qui elle travaillait (demandeurs d’asile, personnes réfugiées ou personnes déboutées du droit d’asile) et d’apporter une vision nouvelle de son métier ! Après lui avoir rapidement présenté le nouveau projet de Makers For Change, je me suis empressé de lui demander si je pouvais me rendre sur son lieu de travail pour rencontrer les personnes accueillies. Elle accepta ! J’étais reconnaissant de ce que la vie m’envoyait ! 🙏

Comprendre les problématiques et les besoins pour ses actions

Cette rencontre avec Rosalie a été déterminante parce qu’elle m’a permis de comprendre rapidement et de manière claire le plus important ! Comment la demande d’asile fonctionne, les étapes par lesquelles les personnes passent, les besoins qu’elles rencontrent tout au long de leurs parcours migratoires, le système de juridique de l’obtention du statut de réfugié … Elle m’a permis de comprendre qu’après avoir répondu aux besoins urgents des personnes (logement, alimentaire, administratif), la préoccupation étaient ensuite  l’apprentissage de la langue française et la rencontre avec des personnes locales ! Je commençais à visualiser le lien puissant avec ma raison d’être ! 😍 

Après être rentré à la maison – dans mon QG 😅 – je me suis lancé dans la réflexion intensive des premières actions que je pouvais proposer au Centre d’accueil dans lequel Rosalie travaillait. Le deal – pour rester honnête et transparent – était de proposer des actions bénévoles pour le Centre tout en étant dans la réflexion du premier projet futur que nous pourrions mettre en place entre les deux structures (Makers For Change et le C.A.D.A. de la Fondation Vincent de Paul). Par rapport aux besoins qu’elle m’avait exprimé, les résultats de mon Ikigaï, je pris la décision de proposer des ateliers linguistiques ludiques autour des expressions françaises. Cette proposition enchanta Rosalie et ses collègues et je me lançais pour trois mois à raison d’un atelier par semaine ! 😊 

Construire un partenariat par le bénévolat pour son projet ✅

Le premier atelier avait lieu le deuxième vendredi de mai 2016. Je me souviens encore me rendre au Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (C.A.D.A.) avec mon frère. J’avais – honteusement 😔 – des pensées noires qui me venaient à l’esprit ! Tu me croiras ou non mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, moi, fruit de la migration (forcée ET non forcée), j’avais plein de stéréotypes qui se bousculaient dans ma tête ! Je sentais un stress monter comme si c’était possible que je me fasse agresser ! Heureusement, dès la fin de la première séance, de retour à la maison pour le débriefing avec mon frangin, mes pensées noires avaient disparu ! 🥳 

Se fixer des objectifs clairs et précis

Avec mes erreurs du début en tête, je me devais d’être fidèle à moi-même, naturel et de faire les choses avec le cœur.

Les ateliers étaient dispensés pour un groupe d’une dizaine de personnes en situation de demande d’asile ! Le groupe était constitué d’hommes et de femmes entre 20 et 40 ans qui venaient de divers continents et cultures (Afghanistan, Afrique de l’Ouest ou Syrie). L’objectif était double : transmettre ce que j’aime du français et qui peut leur être utile tout en créant des liens avec les participants pour envisager des actions futures ensemble ! Evidemment je ne suis pas professeur de français. J’en avais ni la prétention ni la formation ! Avec mes erreurs du début en tête, je me devais cette fois de rester fidèle à moi-même, naturel et de faire les choses avec le cœur. Une chose était sûre, je souhaitais proposer des ateliers pour permettre aux apprenants de sortir, le temps d’un moment, de leurs difficultés quotidiennes et pensées négatives !

Action linguistique du projet
Un atelier linguistique collectif de Makers For Change

Les premiers feedbacks des participants étaient top ! 😍 Ils étaient heureux à l’idée d’apprendre des expressions françaises et rigolotes et s’étaient changé les idées ! Je me souviens du retour de Jérôme : « Merci Monsieur Cédric ! Cette séance ma permis de m’évader de ma situation et de mes idées noires ! ». C’est cet impact positif direct que j’attendais depuis tant de temps ! Plusieurs années après ils se souviennent encore de l’expression : « Avoir la banane » ! C’est cet impact qui me boost et me fais comprendre pourquoi je souhaite créer des projets de sens ! 

Les bases du premier partenariat de Makers For Change

Après plusieurs semaines d’ateliers dans ce centre d’accueil, j’ai compris l’importance de ces petites actions régulières bénévoles ! Elles ont été pour moi pleines d’enseignements pour la suite de mon parcours d’entrepreneur ! Entre autre, j’ai appris des techniques pour faciliter des ateliers auprès de publics non-francophones, j’ai compris la logique de structuration de programmes pédagogiques et ai acquis des compétences pour travailler au plus près de personnes en difficultés. Les efforts et le travail ont fini par payer ! J’allais enfin avoir l’opportunité d’échanger avec la Directrice pour créer le premier partenariat de l’association Makers For Change ! 💪 

Les 5 questions clés d’un projet

Je redoutais cet échange car je devais me montrer synthétique, convaincant et présenter une démarche dans le temps ! Cette rencontre était déterminante pour la suite du projet car elle me permettrait (ou non) de créer un premier partenariat de sens avec une structure solide et de (re)crédibiliser les actions futures ! A nouveau, Rosalie est venue à mon aide pour bien la préparer ! On a alors suivi la logique des 7 questions importantes de tout projet : ces fameuses questions WH (en anglais 5 W car : What? Who? Where? When? Why? How? How Much?) : Quoi ? Qui ? Quand ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Combien ? (cf. tableau de fin). 

Je pense qu’avoir trouvé mon alignement, avoir repris confiance en mes capacités au fil des ateliers et d’avoir trouvé une ‘associée’ bienveillante m’a grandement aidé pour réussir cette rencontre ! La Directrice était emballée à l’idée de créer un partenariat avec Makers For Change ! Début de l’été 2016, on a décidé de nommer le tout premier projet pilote de l’association Makers For Change : « Fabrique ton projet 2.0 » dans lequel le partenaire allait s’investir en temps, ressources et argent ! Ma confiance était retrouvée, c’était parti pour une nouvelle étape de l’aventure entrepreneuriale ! 💪

Les questions clés d'un projet

Vous aimez cet article ? PARTAGEZ LE !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Cédric Bis

Cédric Bis

J’ai été entrepreneur social pendant plus de cinq ans en créant et développant une ONG, Makers For Change, une expérience de rêve pour laquelle j’ai été récompensé à plusieurs reprises. Aujourd’hui, je suis Complice et Mentor de vos projets et j’aide les entrepreneurs, porteurs d’idée ou projets, freelances à construire leur projet en prenant en compte leurs personnalités, expériences et valeurs.

UN COMMENTAIRE, UNE QUESTION ?

Laisser un commentaire

Required fields are marked